Archives par mot-clé : Nous

Séance du 19 juin

La prochaine séance du séminaire Je/Nous aura lieu le vendredi 19 juin à 18h en salle 414 (centre Censier, 13 rue Santeuil).

Caroline Thiéblemont (Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
Le cynisme dans la littérature dramatique contemporaine

Estelle Baudou (Université Paris Ouest – Nanterre La Défense)
Pourquoi le chœur de tragédie grecque ne peut-il plus dire « je » à l’unisson ? Le chœur sur les scènes contemporaines – une représentation politico-esthétique de l’Antiquité

Les séances sont toujours ouvertes à toutes et à tous. Venez nombreux !

Séance du 29 mai

La prochaine séance du séminaire Je/Nous aura lieu le vendredi 29 mai à 18h en salle 414 (centre Censier, 13 rue Santeuil).

Eléonore Devevey (ENS – Lyon 2 Lumière) proposera une communication intitulée :

“Terre humaine”, fabrique de communautés ? Traversée d’une collection

Nous nous entretiendrons ensuite avec Patrizia Atzei (docteur en philosophie, éditrice aux éditions Nous), à la fois sur son expérience d’éditrice et sur son parcours de recherche.

« Amorce d’élaboration d’un nous contemporain »

Les séances sont toujours ouvertes à toutes et à tous. Venez nombreux !

 

Argument 2014-2015

 

Séminaire « Je est un autre : nous »

2014-2015

Après une première année consacrée à l’exploration d’écritures et d’énonciations collectives, notre séminaire se propose de poursuivre la réflexion engagée en se confrontant aux notions de communauté et de communs en littérature et dans d’autres pratiques artistiques. Depuis le dialogue entre Jean-Luc Nancy, Giorgio Agamben et Maurice Blanchot, ces concepts pourraient sans doute être repensés dans notre contexte politique, social et économique et réévalués à l’aune de la création contemporaine. En conservant une perspective multidisciplinaire, il s’agira développer une réflexion théorique en abordant autant des modes d’action que de représentation.

Quelle est la place de la parole, voire de la fiction, dans les luttes politiques passées et actuelles ? Comment la littérature s’empare-t-elle des questions de communs et de communauté ? Qu’est-ce que cela engage sur le plan poétique ? Peut-on parler de “communisme littéraire” ? Le collectif peut-il dépasser une situation particulière et/ou s’ancrer dans un temps non-prospectif ?

Nous nous proposons d’examiner ces questions – parmi d’autres – au cours de l’édition 2014-2015 du séminaire.

Les séances auront lieu une fois par mois pendant toute l’année universitaire.

Contact : dujeaunous@gmail.com

Thinking plural[ly]

Lors de la séance du vendredi 14 février, Albert Göschl a présenté les effets de l’utilisation du pronom « nous » dans le genre de l’essai. Sa communication, présentée en anglais et intitulée « Thinking Plural[ly]. Between the Royal We and Collective intelligence in Modern Essayistic Writings », a notamment évoqué les conditions d’émergence d’une parole plurielle et d’une pensée collective dans l’essai littéraire. D’autres pratiques artistiques, comme les montages photo ou vidéo, ont aussi été analysées.

Vous pouvez consulter ici la vidéo de l’artiste Niklas Goldbach dont nous avons vu un extrait et qui travaille, dans une dimension politique, la superposition des images d’un sujet singulier.

Pendant la discussion nous avons aussi évoqué les écrits du collectif Tiqqun : bonne lecture!

Merci à Albert ainsi qu’à tous les participants de cette passionnante séance du séminaire.

Programme du séminaire – Deuxième semestre

Deuxième semestre

Toutes les séances auront lieu le vendredi de 16h à 18h en salle 414, Censier (13, rue Santeuil) exception faite pour les séances du 21 février, du 23 avril et du 30 mai.

 

14 févrierAlbert Goëschl (Karl-Franzens Universität Graz)

Thinking Pural[ly]. Between the Royal We and Collective Intelligence in Modern Essayistic Writings

 

21 février – séance commune avec le séminaire « Narrations sérielles et transmédialités »

dirigé par Claire Cornillon (CERC, Université Paris 13-Nord) ; salle 418A, Censier (13, rue Santeuil)

Michaël Bourgatte (Centre Edouard Branly, ICP)

Le suédage comme pratique de mise en circulation du cinéma

Florent Favard (Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3)

Doctor Who sous l’ère Moffat : une continuité problématique

 

7 marsAnne-Camille Plichart (Université Paris 4)

La poésie doit être faite par tous. Non par un : configurations de l’écriture collective et représentations du groupe dans le surréalisme français de l’entre-deux-guerres

 

21 mars – Sara de Balsi (Université de Cergy Pontoise)

Du nous au je : instances énonciatrices dans l’œuvre d’Agota Kristof

 

11 avril – Cyril Verlingue (Paris 3, Sorbonne Nouvelle)

Du partage à la partition : faillites de la construction commune du monde chez Mark Z. Danielewski

 

23 avril – rencontre avec Vincent Message, écrivain

salle Max Milner (17, rue de la Sorbonne – 11h-13h)

 

25 avril – Cecilia Benaglia (Université John Hopkins)

Je suis atteint d’une étrange automaticité des réflexes langagiers. Rhétorique fasciste et langage littéraire dans l’œuvre de Carlo Emilio Gadda

 

16 mai – Francesca Cozzolino et Béatrice Fraenkel (EHESS)

Le nous s’affiche. L’absence de signature comme action d’écriture collective. Les cas des murales d’Orgosolo (Sardaigne)

 

22 mai – Dimitri Garncarzyk (Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle)

L’épopée est-elle nécessairement une énonciation collective ?

 

30 mai – rencontre avec Tristan Garcia, écrivain

salle Las Vergnas, Censier (13, rue Santeuil)

 

6 juin – Maren Scheurer  (Goethe Universität, Frankfurt/M)

The Analyst, the Patient and Their Story : Co-Narration in Psychoanalysis