Archives par mot-clé : je

Argument 2014-2015

 

Séminaire « Je est un autre : nous »

2014-2015

Après une première année consacrée à l’exploration d’écritures et d’énonciations collectives, notre séminaire se propose de poursuivre la réflexion engagée en se confrontant aux notions de communauté et de communs en littérature et dans d’autres pratiques artistiques. Depuis le dialogue entre Jean-Luc Nancy, Giorgio Agamben et Maurice Blanchot, ces concepts pourraient sans doute être repensés dans notre contexte politique, social et économique et réévalués à l’aune de la création contemporaine. En conservant une perspective multidisciplinaire, il s’agira développer une réflexion théorique en abordant autant des modes d’action que de représentation.

Quelle est la place de la parole, voire de la fiction, dans les luttes politiques passées et actuelles ? Comment la littérature s’empare-t-elle des questions de communs et de communauté ? Qu’est-ce que cela engage sur le plan poétique ? Peut-on parler de “communisme littéraire” ? Le collectif peut-il dépasser une situation particulière et/ou s’ancrer dans un temps non-prospectif ?

Nous nous proposons d’examiner ces questions – parmi d’autres – au cours de l’édition 2014-2015 du séminaire.

Les séances auront lieu une fois par mois pendant toute l’année universitaire.

Contact : dujeaunous@gmail.com

Je est un autre : nous / 2013-2014

Ce carnet a vocation à suivre le développement du séminaire « « Je » est un autre: nous » (Paris III Sorbonne Nouvelle – ENS Ulm.), organisé par Guido Furci, Zoé Carle et Cyril Verlingue.
Est-il envisageable de raconter une histoire à la première personne du pluriel ? Qu’est-ce qu’un tel choix engage sur le plan de la diégèse ? Lorsque l’instance énonciatrice s’exprime au moyen d’un « nous » fondamentalement dialogique, voire communautaire, de quelle manière est-elle perçue ou interprétée par l’auditoire auquel elle s’adresse ?
Au cours de notre séminaire – pluridisciplinaire et ouvert à un public d’étudiants et de jeunes chercheurs – nous essaierons de répondre à ces trois questions, en nous appuyant sur un certain nombre d’objets empruntés à différents domaines de recherche, allant de la sociologie à l’anthropologie de l’écriture, de la littérature aux études audiovisuelles.