Equipe

Paolo Bellomo  Paolo Bellomo prépare une thèse en littérature comparée sur l’analyse des concepts et processus de traduction et imitation littéraire aux XIXe et XXe siècles dans l’espace franco-italien, sous la direction de Tiphaine Samoyault (Univeristé de Paris III) et Céline  Frigau Manning (Université de Paris VIII). Titulaire d’une Licence en Lettres Modernes-parcours Théâtre de l’Université de Bari et d’un Master Traduction du Livre de l’Université Paris 8, il est depuis 2012 l’un des membres fondateurs du collectif de traduction théâtrale La Langue du bourricot. Il est par ailleurs conseiller dramaturgique auprès de la compagnie Nostos.

Zoé Carle – Zoé Carle a fait ses études à l’École Normale Supérieure et à l’Université de Paris VII en littérature comparée. Actuellement, elle prépare une thèse à l’Université Paris III (CERC) sous la direction de Tiphaine Samoyault intitulée « Poétique du slogan révolutionnaire » et portant sur l’Egypte contemporaine, l’Italie et la France des années 60/70. Ses travaux portent sur la politique de la littérature et sur les rapports entre création artistique et résistance.

Sara De Balsi  Après des études de Lettres Classiques à l’Université de Naples, Sara De Balsi s’installe à Paris et découvre la littérature « translingue » : celle des écrivains qui s’expriment littérairement dans une langue autre que leur langue maternelle. Elle étudie la littérature comparée à l’Ecole Normale Supérieure de Paris et à l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle. Actuellement, elle est doctorante à l’Université de Cergy-Pontoise, où elle prépare une thèse sur l’œuvre de l’écrivaine hongroise d’expression française Agota Kristof.

Guido Furci Guido Furci a fait ses études à l’Université de Sienne et à l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle. Il a été élève de la Sélection Internationale à l’Ecole Normale Supérieure de Paris (section Lettres et Sciences Humaines) et visiting scholar au département de littérature française de l’Université de Genève. Actuellement, il est boursier de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah (commission « Histoire »). Il collabore régulièrement avec plusieurs revues, en France et à l’étranger. Ses publications portent, entre autres, sur la théorie littéraire et les littératures d’expression française. Figures de l’exil, géographies du double. Notes sur Agota Kristof et Stephen Vizinczey (2012), un livre coécrit avec Marion Duvernois, figure parmi ses travaux le plus importants.

Naomi Nicolas Kaufman – Naomi Nicolas Kaufman a fait ses études a l’École Normale Supérieure de Cachan, à l’Université de Chicago et à Nanterre. Depuis septembre 2013, elle prépare une thèse en littérature comparée à l’Université Paris III sous la direction de Carole Matheron, portant sur la traduction de la poésie yiddish en France et aux États-Unis. Elle collabore avec la Société européenne des Auteurs, chargée notamment du projet TLHUB.

Anne-Camille Plichart Ancienne élève de l’École Normale Supérieure et agrégée de lettres modernes, Anne-Camille Plichart prépare actuellement une thèse en littérature française à l’Université Paris Sorbonne, sous la direction de Michel Murat. Ses travaux, portant sur le surréalisme du début des années 1930, visent à proposer une historiographie de la période et à réévaluer son apport au sein des poétiques des avant-gardes.

Laëtitia Tordjman – Laëtitia Tordjman a fait ses études à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et à l’Université Columbia à New York. Elle prépare actuellement une thèse en littérature comparée à l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle sous la direction de Carole Matheron et Xavier Garnier. Sa thèse, « La communauté à l’épreuve du collectif », s’intéresse aux œuvres de fiction de l’avant-garde yiddish et de la Renaissance de Harlem. Ses travaux portent en particulier sur l’idée de collectif littéraire dans la première moitié du XXe siècle, ainsi que sur des questions d’espace et d’écritures minoritaires.

Cyril Verlingue – Agrégé de lettres modernes  et membre de l’équipe du CERC, Cyril Verlingue prépare depuis septembre 2012 une thèse à l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle sous la direction de Florence Olivier et de Philippe Daros. Son travail porte sur le concept de référence dans le roman contemporain, en France et dans les deux Amériques et s’intéresse notamment aux œuvres de Roberto Bolaño, Pierre Senges, Eric Chevillard, Enrique Vila-Matas et Mark Z. Danielewski.

 

ucZpWo6Nmrnp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Séminaire Paris III Sorbonne Nouvelle / ENS Ulm